Toute l’information du quartier Neudorf - Schluthfeld - Port du Rhin - Musau - Presqu'Île Malraux
© L'Offre Neudorf

Isabelle Schmidt, « Et voilà ! Je suis dedans depuis mes 17 ans »

Nous sommes allés à la rencontre d’Isabelle Schmidt, 57 ans. Le 2 novembre 2018, elle a ouvert la Sandwicherie L’atelier d’Isa au 74 route du Polygone. Et ce n’est pas sa première expérience dans  la restauration à Neudorf.

Pourquoi elle a choisi Neudorf

Neudorf c’est mon fief, c’est chez moi. Je suis née dans le quartier et j’y ai fait mes premiers pas dans la restauration au Restaurant Schlusselbad (La clé du bain) au 2 avenue Jean Jaurès où se trouve actuellement le restaurant La Peau d’Vache qui a remplacé le Franky’s Diner. Il était tenu par mes parents.
Dans les années 90, j’ai ouvert le restaurant A la nouvelle poste, certains s’en souviendront probablement. En 2003 je l’ai vendu pour aller ouvrir un nouveau restaurant bowling à Saverne que j’ai vendu en 2008 pour aller m’installer en Bretagne. Je suis revenue à Strasbourg en 2016. J’avais ce besoin de ce retour aux sources, de me rapprocher de ma mère qui vit toujours à Neudorf. Et il y a eu cette opportunité de rachat de l’ancien Restaurant La Taverna di Pompei et je me suis relancée dans le métier.

Son endroit préféré

Je n’ai pas vraiment d’endroit préféré dans le quartier, je l’aime dans son ensemble. Je n’ai pas vraiment eu le temps d’en profiter car j’étais toujours en train de travailler. C’est ça la vie de restaurateur.  Quand je suis revenue en 2016, ça a été comme un choc, j’avais la mâchoire par terre. J’étais dépaysée à la vue de toutes les nouvelles constructions surtout à la Presqu’île Malraux, de nombreux commerces avaient fermés. J’ai quand même retrouvé certains que j’avais laissés en partant. On se rend compte que le temps est passé tellement vite. J’ai eu une certaine amertume, mais très vite je me suis réhabituée au nouveau Neudorf.

Ce qui l’a marqué dans le quartier

C’est une histoire assez triste qui date, mais elle reste gravée. Il y avait une mamy qui vivait à la rue des roses. Elle m’avait vu grandir et évoluer dans le quartier. Chaque fois que je passais devant sa fenêtre, je lui faisais des signaux et elle sortait me saluer. Quand j’ai ouvert le restaurant L’Ancienne Poste, elle est devenue une fidèle cliente. Tous les soirs avant d’aller se coucher, elle passait prendre son cacao. Elle avait d’ailleurs une drôle de manière de le prononcer qui me fait encore rigoler quand j’y pense. Un soir elle est passée comme d’habitude et le lendemain matin on m’annonçait qu’elle était décédée devant sa télé. Elle était âgée de 82 ans. La nouvelle a été un choc, j’ai eu beaucoup de peine.

Ses centres d’intérêts

J’aime la peinture. J’ai d’ailleurs pratiqué quand j’étais plus jeune. J’essaie de m’y remettre. J’ai ma petite chienne avec qui je fais de longues balades en forêt pendant des heures.

Le métier de ses rêves

Je voulais faire les arts décoratifs, mais mon père ne voulait pas me suivre dans cette orientation. Il a voulu que je fasse l’école hôtelière. Et voilà ! Je suis dedans depuis mes 17 ans. Au début c’était très dur. Après l’école, il fallait directement allée au restaurant. Au fil du temps, j’ai appris à aimer et j’ai exploité le filon. J’ai eu envie d’approfondir mes connaissances en tant que restauratrice. Je n’ai pas hésité à suivre des formations : dans la gastronomie, la pâtisserie ; de pizzaiolo et bien d’autres spécialités.

Être entrepreneur dans la restauration c’est …

Beaucoup de sacrifices. Beaucoup d’heures de travail, plus de 10 heures par jour et pas forcément payées. Mais c’est un bonheur de le faire aux côtés de ma mère qui a juste à traverser la route pour venir me donner un coup de main. L’ouverture de la sandwicherie lui a permis à nouveau d’avoir une vie sociale, de rencontrer du monde et moi ça m’a permis de retrouver une activité.  Car à mon âge, c’est difficile de retrouver du travail en tant que salariée.

Son rituel quand ça va mal

Franchement je n’en sais rien. Je sais que j’aime beaucoup m’isoler et me ressourcer dans la forêt. Et j’attends avec impatience l’arrivée des morilles pour aller les cueillir.

Son mot de fin

J’ai espoir de développer ma sandwicherie. J’ai des clients très sympathiques et c’est une chance pour moi. Dans mon atelier, je propose des plats le midi que je prépare avec des produits locaux. Et mes portes sont également ouvertes l’après-midi. Cet été je vais développer le salon de thé. Je serais heureuse de vous accueillir !

L’atelier d’Isa
Horaires : Du lundi au vendredi de 8h à 17h
Le samedi de 8h00 à 14h
Tel : 03 88 66 56 10

à voir également dans cette catégorie

Portrait

Sylvie Guthnek, « si tu cherches du travail, vas voir les entreprises très tôt »

Portrait

Iben Nor Yasmine « Mon petit bout de Maroc à Neudorf »